Daveo engagé pour la transition écologique de son secteur

En route vers la labellisation LUCIE 26000 !

La RSE de Daveo : une labellisation en cours, une feuille de route en accord avec notre secteur d’activité

En mai dernier, nous vous parlions des nouveautés en matière de RSE chez Daveo. Mise en place d’une gouvernance pérenne, plateforme de mécénat de compétences, forfait mobilité durable, communauté RSE… En 15 mois, notre démarche n’a cessé de prendre forme, et s’est concrétisée par des éléments tangibles pour nos collaborateurs. 

Depuis, nous avons encore accéléré pour aller plus loin dans nos actions. 

En route vers la labélisation LUCIE 26000

Début 2021, nous intégrions la communauté LUCIE, la plus grande communauté d’acteurs économiques engagés en responsabilité sociétale, et nous commencions à travailler sur l’auto-évaluation de maturité RSE de Daveo. 

Nous sommes fiers d’annoncer aujourd’hui que nous sommes au milieu du processus de labellisation LUCIE ! Nous espérons obtenir le label dès janvier 2022 !

Pourquoi ? Parce que le Label LUCIE, en étant l’un des plus exigeant (basé sur la norme RSE internationale ISO 26000), nous permet de fixer des objectifs ambitieux pour avancer plus vite, de façon plus structurée et plus efficace. Notre volonté : agir à la hauteur des enjeux de la transition écologique et solidaire

Après plus de six mois de travail, de formations, d’analyse et d’écriture de notre rapport d’auto-évaluation, nous venons de passer l’audit sur site avec Bureau Veritas !

En quoi consiste la labellisation LUCIE 26000 ?

Entrons un peu dans le détail de cette démarche exigeanteLa processus de labellisation s’étend sur environ 4 mois et 4 étapes :

Auto-évaluation (rapport) dans une plateforme en ligne dédiée
– 1 mois plus tard : audit sur site par auditeur indépendant et rendu de ses conclusions et axes de progrès
– Pendant 1 mois : préparation par l’entreprise d’un plan de progrès sur la base des conclusions suite à l’audit de maturité RSE
– 1 mois après cela : passage en comité de labellisation LUCIE pour décision finale

Le rapport d’auto-évaluation est un exercice hautement enrichissant et instructif. Il détermine, sur la base d’un référentiel fourni (7 thématiques, 25 principes d’actions), le niveau de maturité de l’entreprise à l’instant T sur chacun des nombreux axes qui composent la RSE.
Respects des droits humains, éthique des contrats et des engagements commerciaux, qualité de service et innovation, implantation local et participation à l’intérêt général, conditions de travail… sont autant de sujets qui doivent être évalués et questionnés dans l’organisation, décrits dans le rapport et toujours accompagnés de documents d’appui et de résultats chiffrés ou tangibles

Attention, l’heure n’est pas à l’exagération. Il s’agit ici de répondre honnêtement et en transparence. Ce rapport est d’abord un outil de travail pour appréhender les enjeux qui incombent à l’organisation selon son domaine d’activité. Il permet d’orienter les actions RSE à mettre en place en priorité. 

Il permettra ensuite à l’auditeur de prendre connaissance des acquis de l’entreprise, de se rendre compte des points manquants ou des enjeux non pris en compte. 

De son analyse et de la discussion avec les parties prenantes internes et externes lors de l’audit sur site découlent des axes d’améliorations.

Pour rédiger ce rapport, d’autres étapes sont requises et essentielles : 
Cartographier ses processus et/ou ses activités pour matérialiser sa chaîne de valeur, puis mettre en évidence les impacts (positifs et négatifs) de ses activités sur la société et l’environnement,
Lister et hiérarchiser ses parties prenantes internes et externes pour évaluer leur niveau d’interaction, d’influence et d’importance avec l’organisation, et réfléchir à leur enjeux,
Hiérarchiser les enjeux RSE du référentiel en fonction de leur niveau d’importance et de maturité sur chaque sujet, en identifiant les risques et opportunités qu’ils induisent pour l’entreprise.

Une stratégie RSE ajustée à nos impacts en tant que cabinet de conseil en management et technologies.  

Vous l’aurez compris, LUCIE n’est pas qu’un label, c’est aussi une méthodologie et un cadre pour guider les entreprises dans leur démarche RSE et agir efficacement selon leur secteur d’activité. 

Ainsi, travailler à notre auto-évaluation nous a permis de mieux comprendre nos impacts et nos leviers d’action pour contribuer à notre échelle au développement durable de la société.

Après plusieurs ateliers et séances d’intelligence collective, nous avons fait le choix d’orienter nos efforts sur 4 axes représentant notre stratégie RSE pour les années à venir : 

1. Mettre l’humain au coeur de nos activités en garantissant le bien-être et l’épanouissement de nos collaborateurs 

Nos objectifs : améliorer le bien-être et la satisfaction au travail de nos collaborateurs en assurant de bonnes conditions de travail et le développement des compétences afin d’entretenir des relations sur le long terme avec nos consultants et salariés.

2. Promouvoir la loyauté et l’éthique des affaires pour nouer des relations dans la durée avec nos partenaires

Nos objectifs : assurer une qualité de service optimale et des pratiques éthiques dans nos relations d’affaires afin de sceller des partenariats dans la durée avec nos partenaires commerciaux. 

3. Oeuvrer pour préserver l’environnement et lutter contre le réchauffement climatique

Nos objectifs : réduire l’empreinte environnementale de nos agences et promouvoir l’engagement en faveur de la protection de l’environnement chez nos fournisseurs.

4. Participer à la transition écologique du secteur du numérique en promouvant le Numérique Responsable en interne puis chez nos clients

Nos objectifs : développer les pratiques digitales de nos collaborateurs pour un numérique responsable en interne et chez nos clients. 

Ce quatrième axe de travail est primordial pour Daveo. En effet, le numérique représente 4% des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Il devrait atteindre 8% d’ici 2025 selon The Shift Project. 

En tant qu’expert en technologies, Daveo se doit d’intégrer le paramètre environnemental dans la stratégie de développement de ses services, et nos actions en ce sens sont multiples. 

Nous reviendrons vers vous prochainement pour vous en dire plus ! 

Article Précedent

Améliorer vos performances avec le DevOps

Article Précedent

L’example mapping : késako ?

Articles associés

Shopping Basket