NUMÉRIQUE RESPONSABLE ET BONNES PRATIQUES

Quelles bonnes pratiques adopter pour amortir l’impact de notre activité numérique ?

Vous le savez certainement, si le numérique fait la part belle à la dématérialisation, il est loin d’être immatériel.

Oui, les nouvelles technologies et le numérique permettent de concevoir des solutions plus efficaces, pas seulement parce que la technologie les optimise, mais d’abord parce qu’elles permettent à des gens de travailler ensemble pour améliorer les propositions, à distance, plus rapidement et efficacement, en optimisant les processus et le mentoring des activités. Daveo accompagne d’ailleurs ses clients dans l’optimisation de leurs activités digitales (dans le Cloud notamment).

Mais le marché qui le compose est loin d’être inoffensif sur notre environnement et les utilisateurs en tant qu’individus ont aussi leur part à jouer.

En effet, tant que l’économie d’énergie permise par le numérique n’aura pas supplanté la consommation d’électricité due au numérique, l’impact sur l’environnement sera néfaste. Aujourd’hui, ce secteur représente par exemple 13,5 % de la consommation d’électricité en France ! Au niveau mondial, il représente 4 % des émissions de gaz à effet de serre dits GES (contre 3 % pour le transport aérien et 8 % pour les véhicules individuels). Et surtout, cette part est en croissance de 10 % par an. Selon The Shift Project , cette part sera amenée à croître pour atteindre 8% d’ici 2025.

Est-ce soutenable ? Connaissant les objectifs de l’Accord de Paris de 2015 pour ne pas dépasser +1,5° Celsius d’ici 2050 (donc de réduire de 80% nos émissions de GES ), non, ce n’est pas tout à fait soutenable.

La bonne nouvelle est que nous pouvons faire en sorte de limiter notre impact par de simples prises de conscience et en s’accoutumant à de bonnes pratiques. La législation et l’innovation feront le reste.

Voici celles que nous vous proposons à titre individuel (au travail et chez vous) :

4 bonnes pratiques de procuration et d’utilisation de nos outils numériques :

Faisons durer nos équipements numériques

Certes, ce n’est pas simple… Nous sommes tous tentés par les publicités marketées, vantant la dernière version de notre smartphone ou de notre PC. Et l’obsolescence programmée ne nous aide pas. Pour autant, essayons de faire au mieux . 88% des Français achètent un nouveau portable alors que le leur fonctionne encore.

  • Évitons de remplacer nos équipements numériques sur un coup de tête ou suite à une offre promotionnelle (si tentante soit-elle)
  •  Entretenons-les et installons des protections contre les virus et les malwares.
  •  Pensons au don, au troc ou à la vente d’occasion quand vous les remplacez et qu’ils sont encore en état de marche.
  •  Privilégions la réparation au remplacement en cas de panne : pensons aux nombreux Repair Cafés qui existent en France aujourd’hui.

Equipons-nous léger

    •  Achetons d’occasion et low-tech (moins il y aura de composant, plus notre matériel sera recyclable facilement), ou alors achetons des produits de qualité pour s’assurer d’une plus longue durée de vie.
    •  Achetons du matériel adapté à nos besoins : posez-vous la question : quels sont mes véritables besoins ? Ai-je vraiment besoin d’une tablette alors que j’ai un smartphone et un laptop ?
    • Ne multiplions pas les matériels : un appareil multifonction (imprimante + photocopieur + scanner) consomme moins que trois appareils indépendants.

Limitons nos consommations d’énergie

    •  Ne laissons pas les appareils allumés en permanence.
      Branchons nos équipements (ordinateur, imprimante, box…) sur une multiprise à interrupteur et éteignons-la la nuit (box et récepteur TV).
      🡪 Éteindre sa BOX la nuit ou lorsque vous partez au travail permet d’économiser sur la facture d’électricité (-10€ par mois nous dit Aude, consultante Daveo qui le fait depuis plus d’un an). Essayez, vous verrez!
    • Désactivons les fonctions GPS, Wifi, Bluetooth sur notre téléphone ou notre tablette quand nous ne vous en servons pas, ou mettons-nous en mode « avion ».
    • Réglons notre ordinateur, et quand c’est possible notre smartphone en mode « économies d’énergie»

Recyclons nos outils numériques !

    • Ne conservons pas chez nous nos anciens ordinateurs et téléphones : ils représentent un précieux gisement de matériaux recyclables.
    • Rapportons-les chez un revendeur en informatique et en téléphonie. Nous pouvons aussi les déposer dans les bornes de collecte situées dans les grandes surfaces ou en déchetterie.

Pourquoi ?
Lorsque l’on sait qu’un ordinateur de 2 kg aura mobilisé 800 kg de matière première pour arriver en magasin ou que la fabrication d’une télévision numérique équivaut à un aller-retour Paris-Nice en avion en termes d’émissions de CO², il y a de quoi s’interroger.

Les objets du numérique sont source de pollution et d’autres conséquences, à différents niveaux, tout au long de leur cycle de vie. L’impact environnemental est évident :

    • L’extraction des matières premières contribue à l’épuisement des ressources naturelles, résultats de longs processus géologiques, provoque des rejets toxiques dans l’air, l’eau et les sols, et participe à la mise en danger de la santé des travailleurs (qui habitent des pays où les réglementations sanitaires sont loin d’être optimales).
    • La fabrication et le transport émettent des GES.
    • L’utilisation est consommatrice d’énergie
    • La fin de vie arrive souvent très tôt et un recyclage complet est impossible et rarement assuré.

10 bonnes pratiques de consommation d’InternetEntraînez-vous dès maintenant en télétravail!

1.Mettons les adresses web fréquemment consultées en favoris

2. Pensons à fermer les pages internet une fois notre recherche aboutie

3. Allégeons les échanges sur messagerie

    • Compresser la taille des pièces jointes ou les envoyer grâce à des sites de dépôt temporaire.
    • Bien cibler ses destinataires.
    • Créer une signature sans image ni logo pour les échanges internes et les contacts bien établis.
    • Utiliser la messagerie instantanée de l’entreprise pour échanger avec un collègue plutôt que de lui envoyer un mail.

4. Faisons le ménage dans notre boîte mail.

Nous pouvons nous désabonner des newsletters que nous ne lisons pas, supprimer les spams, vider la corbeille… Sachez que pour conserver les mails stockés dans la messagerie et dans la poubelle, les hébergeurs doivent faire tourner des serveurs. Il est vraiment dommage de consommer de l’énergie pour garder en mémoire des documents mis à la poubelle !

5. Faisons le ménage dans le Cloud.

Le Cloud donne l’impression d’être un espace de stockage infini et éternel, mais de grandes quantités de données s’accumulent et entraînent une surconsommation d’énergie des infrastructures et des serveurs supplémentaires pour le stockage. Pour y remédier, on peut stocker le maximum de données localement sur ses équipements (ordinateur, disque dur externe…) ou placer le strict nécessaire sur le Cloud en ne conservant que ce qui est vraiment utile. N’oublions pas de faire régulièrement le ménage (photos, vidéos) dans le cloud comme dans nos mails.

6. Modérons le streaming vidéo

    • La consommation mondiale de streaming vidéo émet chaque année 300 millions de tonnes de CO₂. Une pollution numérique équivalente à celle d’un pays comme l’Espagne. Exemple : Pulp fiction = 200 000 mails sans PJ. Préférons le téléchargement au streaming vidéo.
    • Bloquons la lecture automatique sur les réseaux sociaux.

7. Utilisons le Wifi plutôt que la 4G sur les téléphones portables

8. Désactivons les transferts automatiques de données des téléphones portables.

Notamment sur WhatsApp ou Messenger : chaque fois que l’on nous envoie une blague en image ou un GIF, cela s’enregistre automatiquement sur notre smartphone (sur notre compte cloud), alors que nous nous empressons ensuite de supprimer toutes ces images. Il est facile de désactiver le téléchargement automatique sur nos téléphones.

9. Limitons le poids des réunions en ligne : privilégions les échanges audio plutôt que vidéo (la vidéo multiplie par 3 l’impact carbone) .

Déposer les documents à télécharger pour la réunion sur un serveur local ou une boîte de partage. Ne les envoyez pas par mail. Cela évitera ainsi de faire voyager des données sur environ 15 000 km avant d’arriver chez les destinataires. 15 000 km, c’est en effet le trajet moyen d’un mail qui voyage à travers de nombreux serveurs partout dans le monde avant d’être livré sur la messagerie du destinataire.

10. Et si nous aimons travailler en musique…

Écoutons la radio plutôt que les sites en streaming. En vérité nous regardons rarement les vidéos YouTube, nous écoutons seulement le son. Alors pourquoi pas écouter la radio ou au pire Spotify ou Deezer ?

Daveo est heureux d’avoir partagé ces quelques bonnes pratiques à ses collaborateurs lors d’un webinar et aux lecteurs de notre blog via cet article.

“Nous espérons que ces conseils résonneront en vous et contribueront à repenser un peu l’utilisation de vos outils numériques! Maintenant, faisons de notre mieux. Fixons-nous l’objectif de faire 5 de ces 14 conseils et nous serons déjà sur la bonne voie. Nous ne sommes qu’humains, après tout #Better #Faster #Stronger”

conclue Ava Seigneurin, chargée de RSE pour Daveo.

Article Précedent

TOP 5 DES JEUX EN LIGNE À FAIRE ENTRE COLLÈGUES

Article Précedent

LA DAVEO BUSINESS CONSULTING : UNE COMMUNAUTÉ POUR SE RÉINVENTER

Articles associés

Shopping Basket